divagations

l
19/01/2009 - Pays : Australie - Imprimer ce message Syndication :

Suite aux menaces répétées de Francis, nous nous voyons dans l'obligation de publier ses écrits. Nous déclinons toutes responsabilités quant à la teneur de ces propos.

Mes jours et mes nuits ne sont que souvenirs fugaces de cet extatique matin.
Baignée de lumière, ta robe immaculée a foudroyé mon coeur, a fait bouillir mon sang.
Ce jour de novembre où tes flocons ont caressés ma caisse a laissé son empreinte en mes circuits.
Je ne désire que toi, je ne vis que pour toi, pour mieux t'apercevoir aux détours, aux croisements...
J'essaye en vain depuis de retrouver ta trace, de les freiner, les entraver, les retarder.
Égoïstes voyageurs, que seul leur course animent, n'entendent-ils pas mes pleurs, mes cris et mes sanglots.
Sans relâche je m'efforce à provoquer depuis, dysfonctionnements et autres incidents.
Mon premier forfait me semblait abouti: ralentir ma course, saboter l'embarquement, empêcher ces jeunes écervelés de se rendre à Melbourne.
Je nourrissais l'espoir de demeurer en terre Tasmanienne.
Que nenni, nous embarquâmes le jour suivant.
Mon second délit était plus réfléchit : alternateur, joint de culasse ou courroie ils en eurent des frissons et en firent des cauchemars. Ils étaient prêts à m'écouter, me dorloter me bercer.
La panne détectée ils furent satisfaits et oublièrent bien vite de me cajoler.
Aujourd'hui je râle, je peste et je bougonne car une nouvelle famille ils se sont dégotés.
Pour sûr ils me délaissent, empruntent la nouvelle, la belle, la charmante et désertent leur fier et solide destrier. Aussi je m'abandonne, me laisse doucement sombrer et vide mes batteries.
Je sais de source sure que bientôt le désert je m'en vais affronter.
Je les vois souriants, tondre des bêtes à laine, s'escrimer dans les cépages, déguster les bons crus et profiter gaiement de leur nouveau logement.
Je nourris en mes turbines une aigre ranc½ur et je me gausse déjà; car je sais par expérience que sous le soleil de plomb grise mine ils feront.
J'ose espérer qu' enfin, ils comprendront qu' ô toi, ma reine, ma déesse, est la seule souveraine.

Ma neige, mon trésor, mes pensées sont pour toi.

Francis

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par françoise jeannot
le 19/01/2009 à 13:38:19
merveilleuse prose! bravo à celui? ou celle ?qui l'a écrite, ou peut-être à deux ( au fait, pourriez-vous signer vos écrits qu'on y reconnaisse notre mouton ?)
merci des photos: on apprend ainsi à reconnaitre de loin un australien !
tout le monde a le sourire, mais je perçois votre insécurité concernant votre destrier rebelle et renaclant: une bonne révision s'impose, c'est sûr, mais les pannes ne sont pas toujours prévisibles: voyez-le tout doux ( comme un agneau?) , faites lui des prières et des promesses et tout ira bien !!!

nous avons passé une excellente soirée avec Gaby et Jean paul... de qui avons nous parlé? .....les oreilles vous ont peut-être sifflé, mais de joie, croyez-le!!!
à bientôt, je vous embrasse virtuellement
françoise

Laisser un commentaire

Fanfaline

Note: 4/5 - 20 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)